Être une maman au foyer aujourd’hui

Être une maman au foyer aujourd’hui

Je suis une « maman au foyer », une de ces femmes qui a fait le choix de rester à la maison afin de s’occuper de ses enfants et d’être disponible 24h/24 pour eux.

Dans la société actuelle, je me sens comme une bête bizarre car le rythme métro, boulot, dodo est bien ancré aujourd’hui…
Du coup, être à la maison n’est pas reconnu, ce choix n’est pas souvent respecté et est même dénigré.

Quand mon PetitChat est né, avec mon mari nous avons décidé que je resterais à la maison pour m’occuper de lui.
Pour combien de temps on ne savait pas (6 mois, 9 mois , un an ou plus?), on s’est dit qu’on ferait au feeling.
Même si pendant ma grossesse je pensais que je retournerais travailler assez rapidement, le tourbillon d’amour dans lequel j’ai été pris à la naissance de PetitChat m’a changée et mes priorités ont été modifiées.

On m’a dit quand PetitChat avait 9 mois que je devais retourner travailler et le faire garder car c’était le lot de tout le monde.
Pourquoi tellement de normes, chacun est différent, non ?
Et si je ne veux pas faire comme tout le monde, que je souhaite avoir ma propre opinion et mon propre mode de vie ?
J’ai choisi d’avoir un enfant alors pourquoi aurais-je l’idée farfelue de vouloir rester à la maison pour m’en occuper ? Non mais quelle idée !




Dès lors que mon choix était fait, j’ai commencé à subir une pression.
D’une part, une pression sociale de ne pas rentrer dans le moule, de ne pas être la maman qui travaille avec les petits à faire garder telle que la société d’aujourd’hui souhaiterait nous imposer.
J’ai eu droit aux regards accusateurs lorsque je remplissais des papiers administratifs, des incompréhensions de la part de nos amis, et des réflexions désobligeantes.

On me donne la sensation que de ne pas travailler c’est être fainéant, et que ne pas avoir d’objectifs professionnels c’est être fade.
Non je ne suis pas fade au contraire, je suis une personne joyeuse, souriante, rigolote et j’ai même plein de choses à dire et des sujets de discussions.
Mon objectif de vie n’est pas un objectif professionnel, mon objectif c’est de voir mes enfants grandir heureux et de leur offrir un confort de vie, moins de stress sans avoir besoin de courir à gauche et à droite, ils sont gardés par Maman et leurs rythmes sont respectés. Ils auront toute leur vie pour courir après le temps.


Nous n’avons pas le droit à l’erreur, ou pas le droit de dire que l’on est fatiguées car nous sommes à la maison et donc en vacances.
Qui dit maman au foyer ne dit pas vacances, nos enfants nous les gardons, nous nous en occupons, ils ne sont pas en crèche ou chez la nounou pendant que nous sommes à la maison.
Il faut les occuper, leur trouver des activités à faire, les instruire, leur faire découvrir le monde.
Même si mon MiniChat va à l’école le matin, je tiens à lui donner envie de comprendre les choses, le monde qui l’entoure donc je fais mon possible l’après-midi pour ça.
Ma MiniTortue a aussi besoin de moi car il est tout petit, donc je jongle de mon mieux pour répondre à leurs besoins respectifs, et concernant les miens, qu’ils soient de vacances ou autre, je les garde dans un coin de ma tête pour plus tard. Je ne m’en suis jamais plainte et je ne le ferais pas car je suis tellement heureuse de pouvoir m’occuper d’eux et de les voir grandir chaque jour à mes côtés.


De même, quand on est à la maison on attend de nous que tout soit impeccable : pomponnée, linge terminé, maison impeccable, boeuf bourguignon tous les jours…
Et bien non, je prends 5 minutes le matin pour appliquer anti-cernes, correcteur, blush et mascara (il ne faudrait quand même pas effrayer la population !), je suis souvent en retard dans mon repassage, je fais avec mon linge tous les jours et mes paniers ne sont jamais vides, mon salon est digne d’un magasin de jouets, je ne fais pas de la haute gastronomie et je cuisine toujours pour 48h afin de pouvoir leur consacrer plus de temps un jour sur deux.
Je fais de mon mieux, ce qui est fait est fait et puis le reste attendra demain.

Personnellement je suis partisane du « chacun voit midi à sa porte », je ne me mêle pas des affaires des autres, j’aimerais que ça marche dans les deux sens mais ça serait utopique.
Je me rends compte de l’inflexibilité des gens face aux différences que ce soit sur ce sujet, ou encore sur l’instruction en famille (sujet en pleine réflexion en ce moment), le fait d’être vegan, végétarien…
Aujourd’hui, il faut se justifier de tout et rendre des comptes.

Je ne juge pas, certaines mamans aiment aller travailler et s’épanouissent dans leur travail et c’est super, d’autres doivent aller travailler à contre coeur et souhaiteraient rester avec leurs petits mais ne peuvent pas.

Chacun vit sa vie comme il veut ou comme il peut, et il faut respecter ça.

Nous ne sommes pas des bêtes bizarres, non, nous sommes juste des mamans qui avons fait un choix.

Donc non, je n’ai pas de travail, pas d’objectifs professionnels, pas de collègues, pas d’histoires de boulot à raconter à la fin de la journée, ni même de salaire.

Moi je danse dans mon salon sur les rythmes endiablés des chansons Disney, j’ai des rires d’enfants qui raisonnent dans ma tête (et des cris aussi ne rêvons pas), des petits doigts plein de feutres à nettoyer, des boules de pâte à modeler sous la table de la cuisine, des histoires à lire, des dessins animés à regarder avec un petit bout de choux accroché à mon bras, des « mamamama » avec un sourire à tomber, des jouets dans toute la maison et le jardin, de la purée (et du vomi 😁) dans les cheveux, et des regards qui pétillent de joie de vivre.

Je suis remerciée par des câlins, des sourires et des « je t’aime » non reconnus comme gratifiants par la société.

Et qu’est-ce que je suis heureuse !

Comments